Raphaël au Louvre

En 2003 avec l’exposition de Boticelli au palais du Luxembourg, j’avais 13 ans et je suis tombée sur le charme de Boticelli et à chaque visite de musée, je me dirigeais directement au département « Peintures italiennes de la Renaissance ».

En voyant cet été qu’une exposition se préparait sur les dernières années de Raphaël se préparait j’étais donc aux anges !

Raphaël au Louvre  dans Expo, Musée

 from imagine-r.com

Ni une, ni deux, le premier vendredi de l’exposition, je cours au Louvre la voir. Et le problème c’est qu’à force de trop attendre une chose, on est parfois déçu … Et malgré, j’ai été un peu déçue. Je m’explique : je m’attendais à bien plus de tableaux présents à l’exposition. Et en fait, il y avait beaucoup d’études (croquis avant de commencer une oeuvre), des photos de ses décorations (oui c’est sûr, ils n’allaient pas bouger les murs du Vatican pour l’occasion mais bon) et par conséquent, peu de tableaux dont on pouvait admirer la beauté. Mais au moins, les portraits de l’exposition sont à voir !



Au théâtre, ce soir … (à Paris)

Un petit tour au théâtre du Nord-Ouest en juillet en août pour voir « Huis Clos » de Sartre. Un théâtre intimiste, où on est très proches des acteurs (fort plaisant d’ailleurs !), une mise en scène assez minimaliste mais quel bonheur !

Pourtant au départ ce n’était pas gagné : inconditionnelle de Sartre, aucune approximation ne leur aurait été pardonnée et encore moins un jeu médiocre. Et quelle claque : des acteurs d’une justesse incroyable qui font passer toute la beauté et la gravité de la pièce. Toutes  mes félicitations à l’Inès de la pièce : magnétique, complexe, charismatique, inquiétante, torturée : bref, tout ce qu’on aime chez un personnage de Sartre. Les trois personnages étaient très bien et surtout ce que j’ai apprécié c’est qu’ils n’ont pas plus appuyer sur « L’enfer, c’est les autres ». Elle a beau être la phrase la plus emblématique de la pièce, je ne trouve pas que ce soit la meilleure.

from http://spectacles.premiere.fr/Salle-de-Spectacle/Spectacle/Huis-Clos-3300214

Au théâtre, ce soir ... (à Paris) dans Spectacles huis-clos_portrait_w193-150x150

Mon seul regret pour l’instant : ne pas avoir pu voir l’adaptation qu’une troupe de la Comédie Française d’Antigone d’Anouilh car alors que nous n’étions qu’à la première semaine de programmation tout était complet ! (Au moins elle devait être bien)

Du coup, ce soir, je suis allée voir Tartuffe au théâtre de Paris. Même si on n’apprendra pas le jeu à Brasseur et Chenais (non, pas besoin ils maîtrisent bien leur sujet). J’ai été nettement moins emballée, j’ai un peu piqué du nez même. Néanmoins, je tire mon chapeau à Chantal Neuwirth dont l’interprétation de la servante était juste exceptionnelle : drôle, légère, incisive : je pense que ce cher Jean-Baptiste n’aurait pas pu rêver de meilleure interprète. Mon explication principale c’est qu’en grandissant je trouve que les pièces de Molière traînent un peu en longueur, certains passages ne sont que des redites et le texte perd en légèreté. Attention : je ne critique pas Molière : en tout cas sur le style de ses pièces, les rimes sont merveilleuses et le texte très intelligibles.

Le Tartuffe | avec Claude Brasseur et Patrick Chesnais Théâtre de Paris Affiche

A vous de voir pour vous en faire une idée.

 

 

 

 

 

 



MacBeth au TNT …

Une pièce de Shakespeare pour moi, c’est toujours quelque chose de savoureux, comme un bon dessert au chocolat  à la fin d’un repas . On retrouve les tourmentes que chacun peut ressentir en lui. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a le sens de la formule, jugez plutôt :

« Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l’innocente fleur, mais sois le serpent qu’elle cache.  »

« Quand une situation est au pire, il faut qu’elle cesse ou qu’elle se relève…  »

Après avoir vu, 2 ans auparavant, à Poitiers, l’adaptation de Hamlet, quand j’ai vu, qu’il passait au TNT je me suis précipitée.

MacBeth au TNT ... dans Spectacles macbeth1203

from http://www.theatrotheque.com/web/article2778.html

Et la mise en scène de M. Pilly est une réussite. Le metteur en scène a opté pour une adaptation moderne. Hormis le bon jeu des acteurs, le décor est épuré et froid ce qui permet de bien faire ressortir les tourments des personnages.

Les questions les plus intéressantes de cette pièce :   – Celui qui influence la personne tourmentée à passer à l’acte est elle aussi coupable ?

- Peut-on trahir la confiance des autres et notre conscience pour que notre désir se réalise ?

Je laisse chacun juge

 

 



Un peu de rétro …

Image de prévisualisation YouTube

Sans vouloir rentrer dans le  » C’était mieux avant » ,parfois, je me dis que les chansons un peu moins récentes étaient plus originales et mieux écrites. Cela expliquerait en grande partie, le nombre grandissant de reprises. Connaissez-vous une phrase plus belle que celle de Jean Ferrat « Ah c’est toujours toi que l’on blesse C’est toujours ton miroir brisé Mon pauvre bonheur, ma faiblesse « .

 

Un peu de rétro ... dans Société imagesCASJWZ5K

from vogue.it

Je ne retrouve plus ce charme dans les chansons de maintenant. J’ai l’impression que parfois, rentrer dans les années 2000, avait donné aux auteurs le droit de nous écrire des chansons mièvres et bêbêtes. Je les trouve en général assez médiocres.

Pour cependant nuancer mon propos, je reconnais que certaines chansons de nos jours ont tout à fait leur place au panthéon de la chanson française ( et dans la bonne, pas du Colonel Reyel ou Keen’V), comme  » A ma place » d’Axel Baeur et Zazie, certaines de Renan Luce ou encore « La vie est belle » de Mc Soolar

 



Bienvenus !

Une révolution sur la blogosphère ?

Non, seulement des faits d’actualité commentés et des partis pris. Vous entrez dans ma thoughts box !

Bonne lecture !

 



12

sorcieresduloup |
artsculturestourisme |
compagnietraitdunion |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mouscrobes
| paulinadoubtshinskaya
| sehp